Auracan » chroniques » Le Sauveteur
Le Sauveteur, par Jirô Taniguchi, collection Sakka (Casterman)

Le Sauveteur

Scénario et dessins : Jirô Taniguchi

Casterman, collection Sakka

Gardien de refuge dans les Alpes japonaises, Shiga n’a pas oublié son meilleur ami Sakamoto qui a épousé la femme qu’il aimait secrètement. Shiga n’a pas non plus oublié la mort tragique et accidentelle de son ami lors d’une ascension en montage où il ne l’accompagna pas. Treize ans après le drame, lorsque la veuve de Sakamoto vient chercher Shiga pour l’aider à retrouver sa fille disparue, l’homme n’hésite pas un instant. N’avait-il pas laissé un message à Shiga lui demandant de veiller sur elles ?… Quittant les hauteurs de ses alpages, il rejoint la civilisation urbaine, et découvre non sans dégoût Shigumi, le quartier branché de Tôkyô, où Megumi semble a été vu pour la dernière fois…

Le nom de Jirô Taniguchi est synonyme d’élégance : par son trait, par ses récits, par sa sensibilité, par sa discrétion toute en suggestions… Avec Le Sauveteur, il étonne ses lecteurs. Sans rien trahir de son œuvre colossale, l’auteur a publié en 2000 ce one-shot qui dénote dans sa production par la dureté des faits qu’il dépeint : de jeunes et fragiles jeunes filles sont « soutenues » par des hommes d’affaires, pères de famille apparemment irréprochables. En échange de caresses, les gamines se voient offrir friandises et petits cadeaux…

Laissant parfois un goût amer en bouche à travers cette peinture sociale nippone sans concession, cette ode à l’amitié est servie par un graphisme et une narration impeccables.

Partager sur FacebookPartager
Brieg F. Haslé
01/07/2007