Auracan » chroniques » Prisonniers du Ciel : d'après James Lee Burke
Prisonniers du Ciel : d'après James Lee Burke, par Claire de Luhern, Marcelino Truong, collection Rivages/Casterman/Noir (Casterman - Payot & Rivages)

Prisonniers du Ciel

d'après James Lee Burke

Scénario : Claire de Luhern
Dessins et couleurs : Marcelino Truong

Casterman - Payot & Rivages, collection Rivages/Casterman/Noir

Coup monté en Louisiane

La Collection Rivages/Casterman/Noir propose désormais chaque année au printemps et à l’automne quelques adaptations de polars noirs principalement nord-américains. Pour réussir ce pari audacieux, les deux éditeurs du polar et de bande dessinée se sont associés en cherchant des auteurs à personnalité capable de rendre toute la force des romans en images. Le projet a séduit Marcelino Truong, trop rare en BD, qui s’est lancé dans l’adaptation avec Claire de Luhern de Prisonniers du Ciel du grand James Lee Burke.

Dave Robicheaux – un nom imprononçable en anglais – a quitté son poste d’inspecteur à la criminelle en découvrant que son coéquipier – abattu – trempait en fait dans d’odieux trafics de racket et de pots de vin. Il coule des jours heureux dans la Bayou avec la belle Annie qui lui a permis d’arrêter de boire. Jusqu’au jour où un petit avion s’écrase dans « son » petit lac. Dans cet avion de trafiquant de drogues et de clandestins, il repêche in extremis un enfant. Il est loin de penser que cet accident va complètement chambouler son nouvel équilibre…

James Lee Burke a le don de s’introduire dans la psychologie des personnages et de donner de la profondeur à ses romans. Prisonniers du Ciel ne fait pas exception. Les deux auteurs adaptateurs ont su conserver cette dimension sans perdre le rythme de l’action et du suspens fort jusqu’à la fin. Après une longue parenthèse dans l'illustration, Truong revient donc à la BD avec un dessin stylisé faussement naïf au aux couleurs chaudes tempérées par son trait gras noir tout à fait en phase avec cette histoire sombre dans un environnement sauvage.

Un roman graphique de 110 pages efficace jusqu’à une conclusion à méditer…

Partager sur FacebookPartager
Manuel F. Picaud
16/04/2010