www.auracan.com
Mygala - T1: Incubation

MYGALA

Tome 1 : Incubation

Scénario : Jean-François Di Giorgio
Dessin : Frédéric Genêt
Couleurs : Hernan Cabrera

Nucléa 2

La renaissance des éditions Nucléa s'annonce sous les meilleures auspices. Leur dernier titre en date, Mygala, en est la preuve éclatante.

Une bande de Marines futuristes récupère un artefact mystérieux -le CORZAL- dans le repère d'une secte démoniaque. Au cours de l'opération le sergent Mygala et plusieurs de ses hommes sont blessés. Heureusement, tous bénéficient de soins médicaux incroyables dans un hôpital situé au sein d'une base militaire secrète. Mais les autorités vont alors perdre le contrôle des événements. Un homme ayant été en contact avec le Corzal va muter et perdre les pédales ; le chef de la secte va utiliser la magie pour tenter de récupérer son artefact; et enfin le Corzal lui même va pirater l'ordinateur central pour prendre le contrôle de la base.

Le scénario de Di Giorgio est dense et original même si certains éléments ne sont pas sans rappeler l'Incal (notamment la consonance sud américaine du Corzal). Heureusement, contrairement à Jodorowsky, il a su canaliser son imagination débordante. Certes l'intrigue part dans de nombreuses directions mais elle reste toujours cohérente. Ce premier tome, foisonnant, soulève un nombre conséquent de questions. Reste à espérer que les opus suivants fourniront des réponses à la hauteur. Enfin, la galerie de personnages est très fournie, ce qui permet d'éviter les caricatures et les archétypes réducteurs.

Le dessin est digne des grosses productions américaines. Genêt nous en met plein la vue avec des splash pages impressionnantes et des angles inusités. Ses anatomies réalistes, quoiqu'un peu exagérées, rappellent celles de Stan et Vince. Le découpage est nerveux, haletant, très visuel et très éclaté. L'enchevêtrement des cases pourrait paraître confus si la couleur ne venait pas améliorer la lisibilité en imposant des atmosphères très différentes selon les scènes (alternance de couleurs chaudes et de couleurs froides). Cabrera, le coloriste, se révèle d'ailleurs particulièrement à l'aise avec la palette graphique.

Cette bande dessinée est à recommander à ceux qui aiment l'action et que la violence gratuite (?) ne rebute pas.

Eric Décombes

Il y a quelques semaines, Auracan.com vous proposait en avant-première une présentation de cette série : La SF de Di Giorgio

 
Copyright Auracan, 2003
Contact : info@auracan.com