Auracan » chroniques » Sept Cavaliers - Tome 2 : Le Prix du sang
Sept Cavaliers - Tome 2 : Le Prix du sang, par Jacques Terpant d'après Jean Raspail, Jacques Terpant (Delcourt)

Sept Cavaliers

Tome 2 : Le Prix du sang

Scénario : Jacques Terpant d'après Jean Raspail
Dessins et couleurs : Jacques Terpant

Delcourt

Un nouveau départ réussi

Reprise hors collection dans le catalogue Delcourt, la trilogie Sept Cavaliers s’offre un nouveau départ avec la réédition du T1 le Margrave héréditaire souligné par une nouvelle couverture et enrichi d’un carnet graphique de huit pages de notes illustrées et la sortie simultanée du T2 : le Prix du Sang. L’adaptation du roman de Jean Raspail paru aux éditions Robert Laffont a reçu l’aval de son auteur qui signe d’ailleurs les textes de l’annexe. Un voyage imaginaire dans un univers qui semble familier. Un périple qui interpelle sur le déclin de la civilisation occidentale…

Ils étaient sept cavaliers : le colonel-major, le Comte Silve de Pikkendorff, l’évêque Osmond van Beck, les jeunes lieutenants Richard Tancrède et Maxime Bazin du Bourg, le brigadier Clément Vassili, le maréchal des logis Abaï et le jeune cadet Stanislas Vénier. Envoyés par le Margrave pour comprendre pourquoi la principauté autrefois calme, riche et croyante s’effondre sans mal apparent. Tout a commencé au dernier Noël avec une révolte d’enfants haineux.

Les sept cavaliers ont pris la route en hiver. Ils conservent chacun un secret espoir qui les motive pour avancer dans un environnement hostile et de désolation. Et le printemps arrivant, ils rencontrent sur la falaise une famille presque normale, puis, dans les montagnes, des éleveurs de yacks en apparence paisibles mais surarmés. Jusqu’à ce qu’ils découvrent un charnier humain et s’aperçoivent que toutes les références chrétiennes ont disparu… Des Tchétchènes seraient-ils responsables de cette boucherie ?

Si le fond de l’histoire est rude, cette deuxième partie est plus lumineuse – printemps oblige – mise en éveil par une palette de couleurs directes à dominante plus verte et plus chaude. Les cavaliers retrouvent la vie. Le lecteur accompagne leur quête et comprend mieux les motivations des protagonistes grâce à un mélange de voix-off et de dialogues savamment dosé. Et le rythme s’accélère à mesure des découvertes surprenantes. Le récit tel un thriller en est encore plus prenant, captivant. Difficile enfin de ne pas être séduit par le dessin élégant, les personnages séduisants et les décors somptueux.

Décidément une adaptation très réussie.

Partager sur FacebookPartager
Manuel F. Picaud

Du même dessinateur :

Sept Cavaliers - T1 Pirates - T5

Pour en savoir plus :

 

01/09/2009