Page d'accueil de auracan.com

Paris

Du côté de la création contemporaine, l'exposition Le cabinet des curiosités, parrainé par les inévitables centres E. Leclerc méritait le détour, tandis que Jeux vidéo, la création française permettait de découvrir combien les auteurs de BD lancent de nombreuses passerelles entre les genres lorsqu'ils travaillent pour le jeu vidéo ou le story-board d'animations.

Côté confort des visiteurs, on regrettera un prix d'entrée élevé (7 €), les pancartes "toute sortie est définitive", une cafétéria hors de prix, des conditions d'attente difficiles (toujours et encore cette épouvantable chaleur). Il fallait aussi être bien courageux pour assister aux rencontres de l'agora BoDoï : entre les hurlements provenant de la sono du stand Soleil et le brouhaha général, il n'était pas toujours évident d'écouter auteurs et éditeurs. On notera la venue exceptionnelle de Jean Van Hamme expliquant les conditions de la reprise de sa série Wayne Shelton par Thierry Cailleteau, la présentation de l'adaptation cinématographique de L'Outremangeur de Ferrandez et Benacquista, et la vente aux enchères menée par l'étude Tajan où des dédicaces étaient à vendre, provoquant le mécontentement de certains auteurs. Deux soirées nocturnes (fermeture à minuit vendredi soir, à 21 heures samedi) ont été l'occasion de traîner dans les allées du salon ou de rejoindre les nombreux spectateurs du concert des auteurs : ambiance garantie !

Michel Blanc-Dumont Vermot, Desroches, Yoann Sylvain Vallée
Marc Bourgne Dominique Hé Michalak

Petit bémol, la partie Cartoonist faisait un peu parent pauvre de ce salon. Les éditeurs semblent se réserver pour le prochain salon Japan Expo. Notons que l'espace Mangas permet à ce type d'événement d'attirer un public assez jeune, et beaucoup plus féminin que les habituelles conventions de bande dessinée. Et ce ne sont pas certains auteurs qui s'en plaindront !

François Maingoval, Paul Herman et Frankie Alarcon
Réunion de travail pour le scénariste François Maingoval en compagnie de son directeur de collection Paul Herman (Glénat) et d'un nouveau venu, Franckie Alarcon

Avec 330 auteurs présents, l'édition 2003 de Paris BD fait oublier les couacs de l'an passé. Bertrand Morisset est en train de prouver qu'il est possible de créer un grand rendez-vous dans la capitale, même si son pari n'est pas encore totalement gagné. Les éditeurs, en effet, ne semblent pas satisfaits : les ventes sont loin d'avoir comblé leur investissement financier. La prochaine édition sera celle de la dernière chance.

 

Photos © BFH / Auracan.com & Laurent Melikian

Copyright Auracan, 2003
Contact : info@auracan.com