Auracan » chroniques » Les Chemins de Compostelle - Tome 4 : Le Vampire de Bretagne
Les Chemins de Compostelle - Tome 4 : Le Vampire de Bretagne, par Jean-Claude Servais (Dupuis)

Les Chemins de Compostelle

Tome 4 : Le Vampire de Bretagne

Scénario et dessins : Jean-Claude Servais
Couleurs : Guy Raives

Dupuis

Manque de mordant !

Blanche, la passionnée d'alchimie, et Alexandre, l'alpiniste qui escalada Notre-Dame en hommage à sa fille et à sa femme, décident de poursuivre ensemble leur route vers la majestueuse cathédrale de Chartres, chef-d'oeuvre romano-gothique aux deux visages. Tous deux espèrent y trouver des réponses à leurs interrogations. À des kilomètres de la capitale, la religieuse novice Céline et Angelo, suspect dans une affaire de meurtre, se confrontent à l'occasion d'une halte le long des rives de la Sèvre nantaise. Les secrets planent toujours autour du mystérieux individu, recherché pour un crime qu'il affirme n'avoir pas commis. Céline lui accordera-t-elle sa confiance, elle qui se rend à Compostelle pour y éprouver sa foi religieuse ? Au coeur de la forêt, d'inquiétants rituels se profilent...

Après Notre-Dame de Paris, c'est vers la cathédrale de Chartres et son surprenant labyrinthe que Jean-Claude Servais nous emmène, sur les pas de ses Pélerins, pour y découvrir les nombreux symboles alchimiques intégrés à l'édifice. On y suit avec une certaine curiosité Blanche et Alexandre, alors que de leur côté, Céline et Angelo entrent sur les terres du sinistre Gilles de Rais. Ce dernier, compagnon d'armes de Jeanne D'arc, est aussi entré dans l'histoire criminelle comme l'un des pires assassins d'enfants, véritable précurseur des serial-killers, et dont les exactions donnèrent naissance à la légende de Barbe-Bleue.

Hélas, si dans l'album précédent l'intrigue policière construite parallèlement à l'itinéraire des personnages principaux des Chemins de Compostelle semblait se reserrer et ménageait un certain suspense, cette tension se relâche ici. On apprend beaucoup, certes, surtout si on s'intéresse un minimum aux chemins initiatiques et que l'on n'est pas rebuté par des phylactères parfois trop envahissants. On découvre de superbes monuments grâce à l'imparable dessin de l'auteur, qui ne recule pas devant d'audacieuses perspectives. On se balade dans de belles régions de France, qui permettent toujours au dessinateur de nous offrir de très agréables décors. Mais hélas, côté scénario, hormis un sentiment de longueur et de lenteur, on reste sur sa faim.

Pire, le recours à un groupe d'allumés "satanistes" qui pemettent l'irruption d' un coupable comme...un diable sorti d'une boîte paraît fort peu crédible comme aboutissement d' une intrigue étirée sur 4 albums ! Le Vampire de Bretagne clôture un cycle, nous annonce-t'on. Jean-Claude Servais a initialement prévu sa série en 7 tomes. Gageons qu'il saura insuffler davantage de dynamisme à sa relance.  

On pourra néanmoins se consoler en retrouvant Tendre Violette, une série devenue aujourd'hui un classique et qui, à travers les pages du magazine (A Suivre) allait faire découvrir Jean-Claude Servais à un public davantage adulte que ses histoires publiées jusque-là dans Tintin. En effet, Dupuis poursuit la réédition de la série sous forme d'une superbe intégrale en noir et blanc dont le deuxième volume (sur trois) est depuis peu disponible. Un must pour tous les admirateurs de l'auteur gaumais.

Partager sur FacebookPartager
Pierre Burssens
31/10/2017