www.auracan.com
 
 
 
Extrait du crayonné de la planche 18 de Baker Street T3

Que pensez-vous des autres adaptations en bande dessinée de Sherlock Holmes ?
V: Je pense à celle chez Soleil de nos excellents confrères et amis Croquet et Bonte. Nous avons découvert leur adaptation assez récemment. Nous regardons leur travail avec bienveillance. Nous ne sommes pas sur le même créneau. Ils sont plus fidèles que nous dans l'ambiance habituellement connue des lecteurs de Conan Doyle. Ils sont donc plus infidèles que nous à l'œuvre originale puisque restant plus au niveau du premier degré. Leur travail est réaliste, sans omettre d'y inclure un peu d'humour.
B: Nous n'avons pas la même conception du respect de l'œuvre dû à Sir Arthur (rires). Même si leur travail est teinté d'un certain humour.

Ex Libris de la librairie Super Héros

Quels auteurs vous inspirent dans votre travail ?
B: Nous avons tous les deux des lectures fétiches qui remontent à l'enfance : Lucky Luke, Astérix, Tintin. Pierre et moi sommes naturellement d'accord pour renouer avec cette bande dessinée. S'il faut citer des modèles, ce sont ceux-là.
V: Je ne sais pas… Je ne prends pas de risque en disant que j'aime le travail de Goscinny. Si influence il y a, elle vient de lui. Mais je ne suis pas un fana de bande dessinée, mes influences sont très diverses.

Lorsque vous imaginez vos scénarios, relisez-vous Conan Doyle ?
V: Non, jamais. Je les ai lu, et maintenant c'est vraiment une digestion. J'ai retenu inconsciemment certaines choses. Ce tri naturel nous permet d'être très à l'aise tout en reprenant sans le vouloir des éléments que les lecteurs peuvent reconnaître.

Nicolas Barral, parallèlement à Baker Street, vous avez réalisé dans un style plus réaliste Les ailes de plomb avec Gibelin au scénario. Arrivez-vous facilement à passer ainsi d'un genre à l'autre ?
B: Maintenant oui, puisque ayant quitté l'un pour ne me consacrer qu'à l'autre ! Le premier cycle des Ailes de plomb est terminé, et je n'ai pas l'intention de continuer. J'ai rencontré un passage douloureux quand je travaillais à cheval sur les deux séries. Je ne sais pas si je ne veux plus faire de réalisme. J'ai de l'admiration quand je vois le travail de certains collègues. C'est une école de rigueur… mais j'ai tout de même bien plus de liberté dans un registre semi-réaliste.

Avez-vous d'autres projets en parallèle à Baker Street ?
B: Pour le moment, je me consacre à cette série, d'autant plus que les lecteurs attendent la suite et s'impatientent !
V: Travaillant sur plusieurs séries, mon emploi du temps me convient pour l'instant. J'ai débuté une série au Lombard, Space Mounties, avec Guilhem. J'ai signé avec Bruno Bazile au dessin une nouvelle série humoristique chez Dargaud. Le premier tome va sortir en avril. Et, vous connaissez mon goût du secret, je peux juste vous dire qu'elle est totalement indescriptible ! Et j'ai un autre projet chez Delcourt, avec un jeune dessinateur, Weissangel. Le premier album de cette série intitulée Le Maître-détective devrait sortir cette année.

Ex-Libris de la librairie Folle Image
 
 
Propos recueillis par Brieg F. Haslé en février 2002
© Auracan 2002
Illustrations © Barral, Veys, Delcourt
Merci à Emmanuelle Klein et Hugues Leroyer des Editions Delcourt
 
 

Egalement sur le site :

 
 
1
2
 
Copyright Auracan, 2002
Tous droits réservés
Contact: info@auracan.com